General
[ 3 mars 2020 by bdalger 0 Comments ]

Le doyen de la bande dessinée algérienne n’est plus..

 

 

Le 9ème art algérien est en deuil. Il vient de perdre l’un de ses monstres sacrés. Mohamed Aram, premier bédéiste à publier dans la presse algérienne au milieu des années 1960, s’est éteint à l’âge de 86 ans des suites d’une longue maladie.

 

 

 

Son sobriquet de précurseur, il le doit à la publication le 19 mars 1967 dans la revue Algérie Actualités de Naâr, une sirène à Sidi Ferruch, première BD algérienne de l’Histoire à être éditée. En 1969, il participe, avec 5 autres dessinateurs, au lancement de M’quidèch, premier journal de BD en Algérie. Il a publié 3 albums de BD :La bataille” en 1981, “Les aventures de Bartalache” en 1989, “Les aventures de Seroûn” en 2013 et une dizaine de contes pour enfants et dessins animés. Il a été honoré pour l’ensemble de son œuvre lors de la toute première édition du FIBDA en 2008.

 

 

 

Le comité d’organisation du FIBDA présente à sa famille ses sincères condoléances et leur assure de leur pleine sympathie.

Adieu l’artiste !

General
[ 21 septembre 2019 by bdalger 0 Comments ]

Ouverture des concours du 12e Festival international de la bande dessinée : Les supers héros à l’honneur dont l’historique «Rygor»

Les concours de la 12e édition du Festival international de la bande dessinée, prévue du 1er au 5 octobre à Alger sont d’ores et déjà lancés avec l’ouverture de l’appel à participation sur le site officiel du Fibda pour les concours habituels et deux nouveautés cette année : un concours de jeunes talents organisé en partenariat avec l’ambassade de Pologne et le retour du concours de l’affiche du festival, cette fois exclusivement destiné aux étudiants des écoles des Beaux-Arts en Algérie.
Le premier concours jeunes talents inédit de cette année est organisé en partenariat avec l’ambassade de la Pologne à Alger. Il s’agit du concours de la meilleure adaptation en bande dessinée de «la fascinante histoire» de l’officier polonais de renseignement militaire, Mieczysław Slowikowski qui avait pour nom de code «Rygor» autour de la thématique «Sur les traces de l’agent secret polonais Rygor à Alger» – souvenir de sa mission en Algérie.
La commissaire du Fibda Dalila Nedjem nous précise à ce propos que ce concours est organisé à l’occasion de la commémoration du 80e anniversaire de l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale, que la Pologne célèbre notamment en Algérie du fait que «les deux pays sont toujours très proches, de par leur combat pour la liberté et que la Pologne est un des premiers pays à reconnaître l’Algérie comme Etat indépendant».
Dalila Nedjem ajoute que tel qu’il est souligné dans le communiqué de presse, le Fibda est associé à cette commémoration à travers ce concours destiné aux jeunes bédéistes algériens pour faire connaître aux nouvelles générations l’histoire de ce personnage historique qui est «un super héros qui a existé réellement et qui a accompli des missions quasi impossibles». En effet, il est précisé à ce sujet que Rygor, espion des services secrets polonais et des Alliés, est le fOndateur de la cellule de renseignement «Afrique du Nord» à Alger durant la Seconde Guerre mondiale. Il a aussi travaillé avec Jerzy Rozycki, un des trois mathématiciens à craquer le code de la machine «Enigma». Les précieux rapports de Rygor étaient à la base de l’opération «Torch» – le débarquement des Alliés en Afrique du Nord sous le régime de Vichy – en novembre 1943.
Selon les organisateurs, les principaux objectifs de ce concours sont la réalisation d’un album polono-algérien relatant une histoire commune, la découverte à travers une BD l’histoire de la présence et des combats de Polonais en Algérie, qui était devenu un théâtre – toujours mal connu – des évènements visant à arrêter l’expansion de l’Allemagne nazie et évoquer à travers cette BD la longue tradition du combat pour la liberté des deux nations polonaise et algérienne. Les candidats intéressés doivent réaliser 15 à 20 planches suivant des scènes proposées avant le 1er septembre 2019. Le lauréat remportera une enveloppe financière de 1 000 € (à partager en cas de prix ex æquo) et l’album sera publié et distribué en Algérie et en Pologne.
Il est à noter que le règlement et les conditions de participation sont à consulter sur le site du Fibda www.bdalger.com

Relance du concours de l’Affiche du Festival
Sur le même site, les candidats peuvent également trouver les différents formulaires pour participer aux autres concours de cette 12e édition du Fibda à l’instar du concours Espoir Scolaire, du deuxième concours Jeunes Talents à la libre thématique en partenariat avec Société Générale Algérie et TV5Monde, le concours international du Fibda concernant uniquement les albums publiés ainsi que le traditionnel Concours Cosplay, en partenariat avec l’Onda. Les organisateurs du Fibda ont également relancé cette année le concours de l’affiche du Festival, la commissaire de la manifestation Dalila Nedjem nous confie à ce propos que le «Concours Affiche avait été suspendu car nous étions confrontés à une situation de plagiat. Pour cet édition, nous avons décidé de relancer ce concours en redoublant de précautions et de destiner l’appel à candidature aux étudiants des écoles des Beaux-Arts d’Algérie autour du thème «Les Supers Héros à Alger ». Il est précisé à ce sujet dans le communiqué, parvenu à la rédaction, que chaque participant doit concevoir une à deux propositions d’affiches sur le thème de «Les Supers héros à Alger», pays à l’honneur es USA, et que le slogan doit être le reflet de l’affiche. Les projets sont à envoyer avant le 15 septembre 2019.

General
[ 21 septembre 2019 by bdalger 0 Comments ]

Les Etats-Unis invités, d’honneur du FIBDA : Une quinzaine d’auteurs américains présents à Alger

La 12e édition du Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda) s’apprête à ouvrir ses portes aux passionnés des bulles et du Cosplay, du 1er au
5 octobre prochain à l’esplanade de Riadh El Feth.  Elle accueillera cette année les  Etats-Unis dAmériques (USA) comme invités d’honneur, a annoncé hier la commissaire du Festival, Dalila Nadjem, lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée  à l’hôtel New Dey  à Alger.

Cette nouvelle édition sera l’occasion de faire découvrir à la jeunesse algérienne le «monde étonnant des supers héros», selon la commissaire du FIBDA. Elle précise à ce sujet que «le pays à l’honneur, les Etats Unis, nous arrivent avec une forte délégation de 15 auteurs qui exposeront tous leurs travaux».
Le choix des Etats-Unis est  simple, selon Madame Nadjem, «nous avons eu l’honneur de recevoir les Coréens, les Japonais, mais les auteurs de Comic’s, depuis les premières années, nous n’avons pas eu cet honneur, et c’est la lecture des jeunes ».
«Il y aura une production en français et en anglais. Nous organiserons des tombolas qui permettront d’offrir les albums de tous ces auteurs, présents à la manifestation», a-t-elle expliqué. Pour sa part, l’ambassadeur des Etats-Unis en Algérie John Desrocher confiera, dans son allocution d’ouverture, sa joie que son pays soit l’invité d’honneur de cet important événement. «Nous vous invitons à venir nous rendre visite et découvrir les 15 auteurs les plus renommés, tels que DC Comic et Marvel. Il convient de mentionner que ces artistes ont travaillé sur des projets comme Batman, Capitan America, The Black Panther et Iron Man», a-t-il indiqué. Ajoutant : «Au cours du FIBDA, les ateliers et les débats seront une occasion de faire connaissance avec des artistes qui souligneront, notamment le rôle primordial que joue l’expression créative et l’esprit d’entreprenariat artistique dans la stimulation du développement économique.» Il précise aussi que « cette participation est une occasion de souligner l’engagement continu de notre gouvernement à renforcer les relations bilatérales entre nos deux pays, favoriser le dialogue et la promotion d’une compréhension mutuelle et de meilleures relations entre les deux communautés». Par ailleurs, la commissaire du Fibda a également annoncé que les activités du Fibda se dérouleront cette année au niveau de l’esplanade de Ryadh El Feth, mais aussi dans d’autres lieux et villes. Soulignant que «cette année le Fibda fera son passage à Constantine et dans quelques hôpitaux algériens, afin d’en faire profiter les malades et d’apporter un peu de bonheur aux enfants hospitalisés et les écoles aussi que nous avons invitées à venir rendre visite au Festival». De plus, au programme de cette édition 2019, «la bande dessinée polonaise sera cette année, présente «avec une très belle exposition. Nous aurons aussi un concours de la bande dessinée avec ce pays et les USA. Le Fibda accueillera des ateliers durant  ces cinq journées, ajoutant à cela les concours du Gaming et du Cosplayeur»,  ajoute-t-elle. «Cette nouvelle édition sera  aussi l’occasion de rendre hommage à une BD très importante de notre histoire. Nous organiserons à cette occasion une rencontre s’intitulant «Il y a 50 ans, M’quidèch, une revue, un rêve, une école», tous les auteurs algériens seront pratiquement présents. On aura une petite pensée pour ceux qui nous ont quittés, dont  le grand journaliste Rachid Allik», déclare Dalila Nedjem. Ainsi, une cinquantaine d’auteurs algériens prendront part à cette initiative, mettant en relief l’histoire de la créativité de la bande dessinée algérienne. Toutefois, il est à noter que  la participation des étrangers sera moins importante que les années précédentes. «Cela est dû au manque de budget octroyé par l’Etat, qui est à la hauteur de 25 millions de dinars. Le nombre d’invités étrangers sera de 41. Cependant, on peut considérer que c’est un équilibre entre les Algériens et les étrangers et c’est une très bonne chose», affirmera la commissaire du Fibda. Concernant  les concours organisés dans le cadre du Fibda, Dalila Nedjem  a assuré que le lauréat du meilleur projet ou du meilleur album en cours  obtiendra le prix d’excellence et sera invité avec une prise en charge totale au plus grand festival du monde, qui est le « Comic Con » à Los Angeles, et aura son album publié ici en Algérie.  «La participation féminine est plus importante que celle des garçons qui s’intéressent plus aux jeux d’animation et au gaming. Aujourd’hui, ce sont les filles qui sont en force, que cela soit dans le manga ou la bande dessinée classique », atteste madame Nedjem.

General
[ 21 septembre 2019 by bdalger 0 Comments ]

Participation de 15 pays à la 12e édition du FIBDA

L’édition 2019 de ce rendez-vous annuel dédié au 9e art sera marquée par diverses activités prévues à l’Esplanade Riadh El Feth à Alger, avec la participation de près de 50 bédéistes algériens et 42 étrangers.

En plus des Etats-Unis d’Amérique, invité d’honneur, qui seront représentés par 15 dessinateurs, cette édition verra la participation de la Belgique, de l’Espagne, de Cuba et pour la première fois de la Pologne.

Les amateurs de bande dessinée (BD) sont invités à découvrir les “Comics” américains et “les super héros Marvel”.

A cet effet, un concours du “meilleur projet” de BD sera organisé par le stand américain qui décernera le “prix d’excellence” au premier lauréat, outre un voyage, tous frais payés, pour participer au festival international de la bande dessinée -Comic-Con- à San Diego (USA), en juillet 2020.

Par ailleurs, la 12e édition du Fibda célébrera le 50e anniversaire de la BD “M’Quidech”, le 70e anniversaire de la création de “SPIROU”, périodique hebdomadaire de bande dessinée franco-belge et le 80e anniversaire de la création du super héros “Batman”.

Le programme de cette édition comprend également l’organisation d’expositions de BD et d’ateliers de formation et d’initiation au 9e art, en sus d’autres activités prévues au niveau des hôpitaux et des écoles au profit des enfants, sans oublier le traditionnel jeu de rôle autour du Manga “Cosplay“.

Créé en 2008, le Festival international de la bande dessinée d’Alger (Fibda), organisé par le ministère de la Culture, vise à promouvoir le 9e art en Algérie, selon les organisateurs.

General
[ 20 septembre 2019 by bdalger 0 Comments ]

Le FIBDA 2019 célèbre les 50 ans de M’qidech, les 80 ans de Batman et les comics

Les Etats Unis est le pays invité d’honneur du 12ème Festival international de bande dessinée d’Alger (FIBDA) prévu du 1 au 5 octobre 2019 à l’Esplanade de l’Office Riad El Feth. Une quinzaine d’auteurs, d’enseignants et d’illustrateurs américains de Comics sont invités au Festival pour présenter leurs ouvrages et animer des ateliers. Certains d’entre eux ont contribué à des œuvres aussi célèbres que « Batman », « Captain America », « The Black Panter », « Wonder woman » et « Iron Man ». « Nos participants cumulent plus de 200 ans d’expérience dans l’industrie de la bande dessinée. Ils ont travaillé sur des bandes dessinées connues dans le monde entier(…) L’ambassade des Etats Unis est fière de permettre à ces vétérans de l’industrie de la bande dessinée de partager leurs expériences personnelles et la culture populaire américaine avec les artistes et le public algérien, et de découvrir par eux même la communauté dynamique des caricaturistes et bédéistes algériens », a déclaré  l’ambassadeur des Etats Unis à Alger, John P. Desrocher lors d’une conférence de presse à l’hôtel New Day, à Hussein Dey, à Alger. Le diplomate s’est dit impressionné par « l’enthousiasme et le dévouement des fans algériens de la bande dessinée ». Il a annoncé que l’ambassade prendra en charge tous les frais pour le gagnant algérien de la meilleure idée de bande dessinée pour participer au Comic Con de San Diego en 2020. « Comic Con est le plus grand festival de bande dessinée au monde. Lors du FIBDA, la Pologne proposera un concours de super héros. Le gagnant aura une petite bourse de 1000 euros et son album sera publié en Algérie. Il y a aura des concours financés par des sponsors comme Société Générale et TV5 Monde. Pour le concours de la meilleure affiche (du festival), nous avons reçu des propositions de partout, d’El Oued, de Tlemcen, de Mostaganem, etc. La participation de filles est importante dans le manga et la BD classique cette année. Les garçons ont tendance à s’intéresser aux jeux vidéo et aux films d’animation », a précisé, de son côté, Dalila Nadjem, commissaire du FIBDA.

Concours de gaming et de Cosplay

« Nous avons eu l’honneur de recevoir les coréens et les japonais, pour les mangas, et là nous accueillons les Etats Unis pour les comics. Les comics constituent une des principales lectures des jeunes. Ils sont au courant de tout. Nous allons présenter des ouvrages en anglais et en français. Tous les albums que les auteurs ramènent seront gratuits. Il y aura une tombola et des jeux de questions-réponses», a-t-elle ajouté. La
Pologne participe pour la première fois au FIBDA en présentant le super héros Thorgal. Une exposition sera consacrée à Spirou pour ses 70 ans et une conférence à Batman pour ses 80 ans. « Nous glorifions avec nos artistes algériens de la première génération les cinquante ans de M’Qidech, cette légendaire revue née en 1969 et qui a marqué la jeunesse algérienne de l’époque tout en restant vivante dans l’esprit de tous aujourd’hui. Les 50 ans de la revue Mquidech seront célébrés à travers une exposition. C’est le clou du FIBDA 2019. La plupart des auteurs algériens sont passés par cette revue. Ils seront tous présents. Nous aurons une pensée pour ceux qui sont décédés. Je souligne que cette édition du festival est dédiée à Rachid Alik. Une présentation des travaux des auteurs américains se fera lors du festival. Ils vont se déplacer ailleurs dans le pays notamment à Constantine. Ils vont visiter les enfants hospitalisés et échanger avec les élèves d’écoles », a indiqué Dalila Nadjem qui a évoqué des concours de gaming et de Cosplay. Selon elle, une cinquantaine d’auteurs algériens et une quarantaine étrangers participent au 12ème FIBDA. « Le festival d’Alger est connu. Nous n’avons pas besoin d’inviter autant d’auteurs. L’essentiel est le partage et l’échange et surtout le développement du 9ème art parce qu’il y a beaucoup de choses à faire encore », a-t-elle dit précisant que le budget du festival est de 25 millions de dinars. Elle a regretté que la BD algérienne n’ait pas encore une grande audience parmi le jeune public. « Les jeunes achètent plus la BD d’importation que la BD algérienne. Pourtant la production locale est de bonne qualité. Je pense qu’il n’y a pas assez de travail de communication pour les auteurs. On ne valorise pas assez nos auteurs algériens. C’est pour cette raison que nous avons consacré une bulle spéciale révélation pour encourager les jeunes auteurs qui ont publié et qui ne sont pas connus pour qu’après, ils partent en vedette à partir d’ici pour se faire connaître à l’international », a-t-elle plaidé.